X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Rencontre avec Luc Decaster
Organisé par le Collectif pour la Dignité et contre le racisme 38.

Le film de Luc Decaster n’aidera pas à résoudre les questionnements de l’affaire « Ali Ziri » qui avait vu un retraité maghrébin de 69 ans décéder dans des circonstances troubles après une interpellation musclée. Qui a tué Ali Ziri passionne en revanche en retraçant le combat politique des collectifs citoyens qui militent contre l’impunité des violences policières en France.
(...)
L’impunité des abus policiers reste en effet un véritable tabou en France (...) et l’émotion provoquée par la mort d’un retraité de 69 ans avait permis à l’époque de mobiliser la population locale. Avec des marches silencieuses regroupant aussi bien des chibanis que des jeunes, des militants ou des associatifs. Le cinéaste a suivi le travail du collectif pendant plusieurs années et c’est ce témoignage qui fait la force du film. Qui montre l’essoufflement progressif de la mobilisation au delà des personnes les plus investies. La désillusion face aux décisions de justice qui évitent soigneusement de relancer l’enquête. La colère face à la trahison du maire d’Argenteuil cédant aux pressions pour faire enlever la stèle hommage à Ali Ziri.

Luc Decaster capte très bien les difficultés d’organisation d’un collectif citoyen qui cherche à éviter la récupération par les partis politiques traditionnels. Un mouvement qui doit gérer les tensions entre population locale et police, des divisions stratégiques internes, et une attention médiatique forte. Le film ouvre également sur les affaires similaires, en montrant comment les collectifs de victimes de violences policières tentent de s’épauler pour que justice soit rendue. Le documentaire se termine sur une note pessimiste, avec l’image d’une militante envahie par la lassitude, qui ne sait comment mobiliser ses troupes et finit abruptement son discours pour reprendre une marche silencieuse. Sans illusions sur les chances de succès de combats de longue haleine souvent perdus d’avance. (...)
toutelaculture-com
Le programme ...
Qui a tué Ali Ziri
France | 2015 | 1h31 |
Réalisation : Luc Decaster
Avec : documentaire
Ali Ziri, un homme de 69 ans, décède le 11 juin 2009 après son interpellation par la police nationale à la suite d’un contrôle routier à Argenteuil. «Arrêt cardiaque d’un homme au coeur fragile», déclare le Procureur de Pontoise. Appuyant la famille qui vit en Algérie, un collectif d’Argenteuillais demande une contre-expertise. Deux mois plus tard l’institut médico-légal révèle 27 hématomes sur le corps d’Ali Ziri. Pendant cinq années, le cinéaste a suivi les pas de ceux qui demandent « Justice et vérité » après cette mort, ignorée des médias, mais que certains considèrent comme un lynchage digne des pires périodes de l’histoire. Au-delà d’une affaire de justice, Luc Decaster s’est attaché à représenter ce qu’une telle affaire suscite à l’intérieur d’une ville de banlieue ordinaire. Le cinéaste suit les échanges dans les rues de la ville, les entretiens avec les avocats dans les palais de justice, mais aussi les réunions internes du collectif « Vérité et justice pour Ali Ziri ». Au fi l de la dramaturgie du fi lm, des retournements de situations et de nouveaux espoirs, se révèlent des personnalités étonnantes d’ingéniosité. Par-delà les échanges, le fi lm interroge la justice française et ses incohérences lorsque des policiers sont mis en cause.
Cinéma le Club
Grenoble

9, bis rue du Phalanstère 38000 Grenoble
répondeur : 04 76 46 13 38
Plan d'accès

télécharger le programme et accessibilités en fauteuils
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4€