X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Normandie Nue
France | 2017| 1h45
Réalisation : Philippe Le Guay
Avec : François Cluzet, Toby Jones, François-Xavier Demaison
Film en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Au Mêle sur Sarthe, petit village normand, les éleveurs sont touchés par la crise. Georges Balbuzard, le maire de la ville, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village…
Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit de passage dans la région. Balbuzard y voit l’occasion de sauver son village. Seulement voilà, aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu…


Imprimer la fiche film

Normandie nue, une comédie au poil
par Victoria Gairin




Quand le réalisateur des Femmes du sixième étage déshabille un monde paysan qui essaie tant bien que mal de sauver sa peau, ça vaut forcément le détour !

Quelle mouche a piqué Philippe Le Guay ? Après le succès des Femmes du sixième étage (2010) et d'Alceste à bicyclette (2013), le réalisateur s'est mis en tête, dans Normandie nue, de déshabiller tout un village du Perche… À la tête de ce happening rural pour le moins singulier, François Cluzet, alias Georges Balbuzard, maire du Mêle-sur-Sarthe (756 habitants), tente de convaincre ses administrés de poser dans leur plus simple appareil devant l'objectif d'un grand photographe américain pour sauver le village touché par la crise du prix du lait.

« On est déjà à poil, et en plus vous voulez qu'on se déshabille ? Même en été, le Normand garde son pull ! » L'artiste américain, tombé en pâmoison devant un champ de la commune, ne fait pas l'unanimité, loin de là. Au nom de quoi les agriculteurs devraient-ils se prêter de bon gré à des lubies nudistes postmodernes venues de l'autre côté de l'Atlantique ?

Menu Le Point Pop Cinéma Séries Musique Jeux Vidéo Bandes Dessinées Livres Lifestyle Spoiler Club VoxPop Le Point Pop Cinéma Normandie nue, une comédie au poil

François Cluzet, alias Georges Balbuzard, maire du Mêle-sur-Sarthe, tente de convaincre ses administrés de poser dans leur plus simple appareil devant l’objectif d’un grand photographe américain.

François Cluzet, alias Georges Balbuzard, maire du Mêle-sur-Sarthe, tente de convaincre ses administrés de poser dans leur plus simple appareil devant l’objectif d’un grand photographe américain. © Les films des Tournelles/ Séverine Brigeot Par Victoria Gairin Modifié le 10/01/2018 à 10:58 - Publié le 10/01/2018 à 07:00 | Le Point.fr Quand le réalisateur des Femmes du sixième étage déshabille un monde paysan qui essaie tant bien que mal de sauver sa peau, ça vaut forcément le détour ! #Critique#Cinéma Quelle mouche a piqué Philippe Le Guay ? Après le succès des Femmes du sixième étage (2010) et d'Alceste à bicyclette (2013), le réalisateur s'est mis en tête, dans Normandie nue, de déshabiller tout un village du Perche… À la tête de ce happening rural pour le moins singulier, François Cluzet, alias Georges Balbuzard, maire du Mêle-sur-Sarthe (756 habitants), tente de convaincre ses administrés de poser dans leur plus simple appareil devant l'objectif d'un grand photographe américain pour sauver le village touché par la crise du prix du lait. « On est déjà à poil, et en plus vous voulez qu'on se déshabille ? Même en été, le Normand garde son pull ! » L'artiste américain, tombé en pâmoison devant un champ de la commune, ne fait pas l'unanimité, loin de là. Au nom de quoi les agriculteurs devraient-ils se prêter de bon gré à des lubies nudistes postmodernes venues de l'autre côté de l'Atlantique ? Un bobo parisien en proie à une crise existentielle, un boucher jaloux qui refuse de laisser sa femme – miss Calvados 1997 – montrer ses seins à tout le village, un pharmacien réac, les traditionnelles guerres de clocher à propos d'un pré dont plus personne ne sait où est passé le cadastre, la grogne des fermiers surendettés… Un brin cliché ? On pourrait le craindre. Mais c'est tout l'art de Le Guay que de désamorcer la caricature pour nous placer au plus près de ses personnages, authentiques et attachants.

Le réalisateur connaît bien le Perche, et Le Mêle-sur-Sarthe en particulier ; enfant, il y passait toutes ses vacances. Mais de là à choisir de vrais éleveurs de la région et de les faire figurer nus dans un champ ? Il faut croire que la greffe a pris, car entre le casting de choix – formidables Arthur Dupont, Grégory Gadebois, Philippe Rebbot, François-Xavier Demaison… – et les vrais agriculteurs, on n'y voit que du feu. Les Normands sont pudiques, dit-on ? À d'autres !

Lien vers l'article complet

Le Point
Cinéma. "Normandie nue", comédie rurale sensible
par Gilles KERDREUX




La crise agricole frappe un petit village mais son maire veut se battre. Y compris en acceptant l’idée un peu folle d’un photographe d’immortaliser tous les habitants nus.

La colère gronde au Mêle-sur-Sarthe, petit village normand de l’Orne. Les éleveurs n’arrivent plus à vivre dignement de leur travail et tentent de se faire entendre. Ce n’est pas facile. Le maire, Georges Balbuzard, joué par François Cluzet, refuse pourtant de baisser les bras.

Quand le hasard amène un grand photographe américain dans la commune, il accepte l’idée un peu folle de l’artiste : faire une photo des habitants, nus, dans un champ verdoyant. Faut-il encore réussir à convaincre la population !

Solidarité et rancœurs

À partir de cette farce, Philippe Le Guay dresse un portrait bienveillant des habitants de cette région qu’il connaît bien. Car, comme dans Floride, Alceste à bicyclette et Les femmes du 6e étage, ce réalisateur aime les gens et ses personnages.

Il prend soin de ne jamais tomber dans la caricature, les clichés ou les idées toutes faites. Derrière la comédie, il prend le temps d'évoquer les villages qui se vident de leurs jeunes, la détresse des agriculteurs tentés par le suicide, la mondialisation de l'agriculture, la solidarité, les vieilles rancoeurs campagnardes, les urbains qui tentent un retour à la terre...

Il est bien aidé par ses acteurs. François Cluzet, bien sûr, qui poursuit sa période rurale après Médecin de campagne et L'école buissonnière. Mais aussi les seconds rôles : Philippe Rebbot semble avoir toujours été un éleveur et Grégory Gadebois, parfait comme d'habitude, est excellent en boucher jaloux. Tout cela fait une comédie très sympathique qui est aussi une peinture sociale juste. 1 h 45.

Lien vers l'article complet

Ouest France
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,80 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 6€ / 12 places : 5,25€
Tarif - 14ans : 4,50€