X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Ava
France | 2017| 1h45
Réalisation : Léa Mysius
Avec : Noée Abita, Laure Calamy, Juan Cano
Film en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l'océan quand elle apprend qu'elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Imprimer la fiche film

Ava, L'Enfant sauvage
par Juliette Goffart




Dès ses premiers court-métrages, la jeune cinéaste issue de la Fémis Léa Mysius a toujours fait la guerre aux stéréotypes d’une enfance heureuse. Pour elle, l’âge tendre est un temps de perturbation et de cruauté où le héros se perçoit parfois comme une monstrueuse anomalie dans le paysage. Dans Les Oiseaux-tonnerre, le frère et la sœur sont de redoutables chasseurs de grives, tentés par l’inceste. Dans L’Île jaune, la relation amoureuse entre la jeune fille et le garçon défiguré débute par la méfiance et la méchanceté. Ava, son premier long métrage, commence ainsi par la silhouette inquiétante d’un grand chien noir qui se faufile à toute vitesse parmi un paysage tranquille de plage estivale. La bête s’arrête finalement pour manger une barquette de frites à même le ventre de la petite Ava, treize ans, atteinte d’une maladie qui lui fera perdre bientôt la vue. La petite, fascinée par la bête, fera tout pour le subtiliser à son propriétaire Juan, un jeune gitan aussi sombre que son animal, avant d’en tomber amoureuse. Ava est ainsi l’histoire initiatique d’une découverte à la fois sidérante et dérangeante pour la jeune ado, celle de l’animalité et du désir.

Histoire du toucher
La vue s’éteint mais le corps s’éveille. L’un des tours de force de la cinéaste est de restituer par l’image un univers sensoriel particulièrement intense. Sur la pellicule 35 mm, la lumière, les couleurs de la plage et de l’océan s’étalent brûlantes et pures comme sur une toile au couteau de Nicolas de Staël. Dans de vastes plans d’ensemble à la Antonioni où les personnages dénudés sont ainsi littéralement immergés dans un paysage enflammé, les vagues de la mer s’enroulent autour de la jeune fille nue comme une caresse, et l’on se recouvre d’abord d’argile et de colifichets avant de se transformer en joyeux Robinson braquant les passants. L’initiation d’Ava à la vie adulte est bien l’histoire d’un corps qui s’éveille au monde des sensations tactiles, en commençant par la caresse d’un chien, le plaisir du vent et de la terre contre la peau. Toujours par le sens du toucher, l’adolescente apprend l’autonomie, elle qui s’entraîne courageusement à vivre en aveugle à l’aide d’un bâton de fortune. Les yeux masqués comme une funambule de cirque, Ava part héroïquement à la découverte du monde, parmi la plage immense, du haut d’un toit ou d’un bunker. D’un trait rageur de feutre noir, elle circonscrit attentivement, sur le mur de sa chambre, le cercle de sa vision qui s’amenuise de jour en jour. C’est aussi cela qui impressionne chez cette formidable petite guerrière au regard dur : sa capacité à affronter courageusement l’adversité.

La noirceur du monde
De même que l’obscurité cerne le champ de vision d’Ava, un monde sombre et menaçant semble guetter les personnages aux abords du cadre. Ce danger, c’est bien sûr celui de la maladie, mais aussi celui des ombres de la police montée, immenses comme des monstres de conte de fée rôdant sur la plage. Par petites touches, l’intolérance d’un monde hypersécuritaire et méfiant se resserre de plus en plus autour des protagonistes, jusqu’à ce que la police s’engage dans une vraie course-poursuite suite à une fugue d’Ava. La mère de celle-ci est une autre forme d’emprise étouffante, malgré toute sa sensualité et sa joie de vivre insufflées par l’ébouriffante Laure Calamy. Intrusive, elle tend à effacer les frontières d’une relation entre adulte et enfant, prêtant à sa fille des désirs qu’elle n’a pas encore, et lui parlant de ses propres petits amis comme à une copine.

Face à cette triple oppression, Elle et Juan forment ainsi un nouveau couple à la « Bonnie and Clyde » transformant le film en road movie aventureux, où la liberté passe par un goût permanent de la prise de risque et de l’échappée. Pour suivre le jeune homme qu’elle aime, Ava n’hésite pas à dormir à la belle étoile, fugue, multiplie les hold-ups et cambriole au fond de la nuit, alors qu’elle n’y voit déjà presque plus rien. Là est le grand charme de la petite Ava : son impressionnante détermination à suivre librement son désir, fendant aveuglément l’espace du film comme une comète noire.

Lien vers l'article complet

Critikat
Ava
par Carine Trenteun




Durant l’été au bord de l’océan avec sa mère et sa sœur, Ava apprend que la rétinite pigmentaire dont elle souffre s’intensifie plus rapidement que prévu. Loin de s’apitoyer sur sa cécité imminente, Ava décide d’agir seule et à sa façon pour développer ses autres sens pour tout vivre, tout voir avant que le monde ne s’obscurcisse.
La fin de l’enfance est devenu un thème si archétypal des premiers longs-métrages que l’argument initial d’Ava pouvait provoquer insidieusement la méfiance. Mais au même titre que Lucile Hadzihalilovic et Julia Ducournau dans des registres différents, le nom de Léa Mysius au scénario et à la réalisation de ce nouveau film initiatique avait de quoi faire espérer beaucoup plus qu’un nouvel avatar du genre. En effet, dès son premier court-métrage Cadavre exquis en 2013, elle impose déjà son univers en suivant les pas de Maëlys (Ena Letourneux), troublante fillette de huit ans fascinée par le corps d’un cadavre qu’elle découvrait et cachait dans sa cabane pour le choyer comme un trésor. Léa Mysius regarde son actrice grandir, et trois ans après, l’Île jaune est le nouveau refuge d’Ena fugueuse d’un week-end, où les corps et la mort se heurtaient à nouveau. Il faut croire que les filles sauvages de Léa Mysius ont toutes un rapport particulier à la boue : l’affiche d’Ava revendique sans détour sa filiation.

Léa Mysius filme cette fois-ci une Ava de treize ans tout aussi peu aimable et inquiétante, sous un soleil estival écrasant. Au caractère intrigant et sombre d’Ava s’oppose cette plage lumineuse aux couleurs profondes et vives des vacanciers, magnifiées par la photographie en 35 mm de Paul Guilhaume, jusqu’à sentir le sable sur les peaux. L’enfer pour elle n’est pas la perspective du noir total, mais la crainte de n’avoir vécu que des laideurs. L’enfer, c’est sa vie actuelle jusqu’à souhaiter la noyade des enfants qui jouent comme sa propre mort. Les corps rayonnants et s’offrant à tous les regards ne lui inspirent que du dégoût. Ses cauchemars se peuplent de serpents qui pénètrent le sien par les yeux et par celui trop libéré de sa mère -flamboyante et toujours parfaite Laure Calamy, qui propose une variation de son rôle dans Un monde sans femmes.

Dans cet enfer lumineusement radieux filmé de manière naturaliste, cette urgence à saisir la beauté oblige cette adolescente renfermée et butée à exercer ses autres sens. Le désir d’avoir un chien pour la guider dans ces entraînements les yeux bandés est tel qu’elle vole celui de Juan, un gitan croisé peu de temps avant. Cette nécessité à vivre tout plus rapidement et ardemment catalyse l’exaltation qu’elle ressent face aux dangers. L’émancipation d’Ava de son quotidien et l’éveil des ses sens permet à la réalisatrice de quitter le réalisme pour le conte lors du rapprochement avec Juan, jusqu’à flirter finalement avec le cinéma de genre.
Au premier oxymore du soleil qui découvrait la noirceur d’une adolescente en plein tourment, le second en miroir lui succède progressivement : plus elle se révèle à elle-même et à Juan et trouve enfin sa place, plus la pellicule reflète sa vision défaillante en devenant monochromatique et sombre. La composition originale de Florencia Di Concilio épouse l’épanouissement d’Ava et donc son rayonnement intérieur, inverse aux ténèbres extérieurs qui la dévorent : musique décomposée, stridente et brute avec des cordes ou un piano arrangé quand Ava voit parfaitement pour devenir cohérente quand elle ne peut plus discerner ce qui l’entoure. Les musiques pop offrent des respirations, tout comme les pointes d’humour parsemées aux moments clés des premières fois -première discussion sur la sexualité de la mère, premier baiser, première fois qu’elle montre son corps à Juan.

Un contexte politique vient se faufiler en filigrane à cette histoire d’amour. La noirceur qui va l’englober a toujours été présente avec la montée de l’obscurantisme, du Front National. L’ouverture d’Ava sur le monde s’accompagne de cette prise de conscience, vers l’action : à la première intervention presque anodine de la police où Ava est simple spectatrice, la jeune fille s’opposera aux agents de l’ordre quand elle assistera à la deuxième avant d’être elle-même la cible de la dernière.

Si Léa Mylius maîtrise habilement le mélange des genres -elle a aussi co-scénarisé Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin-, Ava tient aussi par le magnétisme sans faille de Noée Abita qui déploie une palette d’émotions à mesure qu’elle accepte son physique et devient adulte : sa méchanceté initiale ne le rend jamais antipathique, son épanouissement final irradie le spectateur. Aussi à l’aise face caméra pour un monologue, que rayonnante quand elle danse, se jette dans l’océan et expose sa nudité, le corps et le jeu de Noée Abita s’harmonisent idéalement au regard de Léa Mysius qui sait sublimer la peau et étudier ses métamorphoses. La cinéaste renouvelle aussi les thèmes de son univers avec un « lieu à soi », refuge décliné cette fois en deux endroits -un bunker sur la plage et la boîte de nuit délaissée-, ainsi que l’appréhension de ressembler aux parents au point ici de les rejeter définitivement.
Naissance des pieuvres avait imposé à lui seul l’envie de retrouver Céline Sciamma et Adèle Haenel. Dix ans plus tard, Ava révèle une actrice et confirme une réalisatrice. À travers cette quête de liberté romanesque et cette histoire d’amour qui ré-enchante le monde, elles nous envoûtent par cet univers inventif, sensuel et magnétique.

Lien vers l'article complet

Culturopoing
Cinéma le Club
Grenoble

9, bis rue du Phalanstère 38000 Grenoble
répondeur : 04 76 46 13 38
Plan d'accès

télécharger le programme et accessibilités en fauteuils
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4€