Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Meltem
France | 2019| 1h27
Réalisation : Basile Doganis
Avec : Daphne Patakia, Rabah Naït Oufella, Lamine Cissokho
Film en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Un an après la mort de sa mère, Elena, jeune Française d'origine grecque, retourne dans sa maison de vacances sur l’île de Lesbos. Elle est accompagnée de ses amis Nassim et Sekou, deux jeunes banlieusards plus habitués aux bancs de la cité qu’aux plages paradisiaques. Mais les vacances sont perturbées par la rencontre avec Elyas, jeune Syrien réfugié depuis peu sur l’île, qui fait basculer le destin d’Elena et de ses amis.

Imprimer la fiche film

«Meltem», la possibilité d’une île
par Jérémy Piette




Basile Doganis livre un premier long métrage touchant sur la rencontre entre trois jeunes Franciliens et un réfugié syrien à Lesbos.

La séquence arrive en bout de course : le soleil brûlant de la Grèce touche un homme et projette son ombre propre contre un mur blanc. Une jeune femme, près de lui, attrape rapidement une feuille de papier afin d’immortaliser au crayon les contours de cette silhouette qui risque à tout instant de disparaître. Selon une vieille légende qu’elle lui conte à voix haute, ce rituel permet de «garder une trace de ceux que l’on aime et qui finissent toujours par partir».

Petit cœur battant de Meltem - premier long métrage de fiction de Basile Doganis -, cette scène se distingue comme l’une des quelques délicates saillies lyriques et allégoriques qui donnent bien du corps et des ondoiements à ce film aux multiples mouvements. Nous sommes à Lesbos, à l’été 2015, et Elena (la Gréco-Belge Daphné Patakia) débarque de Paris avec deux amis de banlieue, un an après le décès brutal de sa mère, dans la maison de vacances où vit son beau-père. Elle souhaite vendre la maison, fermer la porte au nez du passé.

Tandis qu’Elena boude sa langue maternelle et cette vie qu’elle fuit, depuis ses 14 ans et la séparation de ses parents, Nassim, qui l’aime, met en pratique - somme toute relative - la religion musulmane. Ils s’ébattent comme des touristes extatiques, jusqu’à apercevoir les tentes de réfugiés nichées dans les plis de la ville. Comme une vague allant de la surface à l’arrière-plan, la fiction embrasse de manière lancinante le phénomène tristement contemporain de la migration de réfugiés syriens. Surtout, le film entremêle les vies, racines, plusieurs tableaux et récits, formes d’exil et de paroles échangées. Les oiseaux filent à toute allure de l’Afrique jusqu’en France, et le vent du Nord entre la Grèce et la Turquie, imprévisible, se lève. On le nomme meltem.

On assiste à une série de déchirures identitaires et linguistiques, tout particulièrement lorsque le trio rencontre Elyas, jeune réfugié syrien qu’ils veulent aider. De leurs racines, celles arrachées, celles à replanter, ce quatuor de l’exil oscille entre instants de volupté, amusement, franches engueulades et dangers. Tout cela n’est pas toujours très bien ni spontanément interprété, mais Doganis et sa caméra se déplacent comme le vent, les poussant souvent dans le dos, légèrement, jusqu’à cet océan qu’il sait filmer, tout comme il s’attarde sur les regards à tâtons d’Elena et la nuit luminescente traversée par un chien errant.

Sous les traits d’Elyas, l’acteur Karam al-Kafri puise dans son propre vécu de Palestinien contraint de quitter Damas à 18 ans, pour la Russie puis la France. Libération l’avait rencontré en octobre 2017 sur le tournage, où il s’interrogeait : «Pourquoi je jouerais à leur place, moi ? Au nom des réfugiés ?» Escortés par cet humble doute quant à la légitimité d’incarner la multitude, de l’endeuillé à l’exilé, les quatre principaux acteurs semblent ici justement avancer, fragiles et touchants, afin de ménager une place à une ombre portée des existences interprétées - afin de laisser une trace.

Lien vers l'article complet

Libération
Meltem - la critique du film
par Claudine Levanneur




Un premier film touchant sur la quête identitaire qui fléchit cependant sous la multitude des thèmes abordés.

L'argument : Un an après la mort de sa mère, Elena, jeune Française d’origine grecque, retourne dans sa maison de vacances sur l’île de Lesbos. Elle est accompagnée de ses amis Nassim et Sekou, deux jeunes banlieusards plus habitués aux bancs de la cité qu’aux plages paradisiaques. Mais les vacances sont perturbées par la rencontre avec Elyas, jeune Syrien réfugié depuis peu sur l’île, qui fait basculer le destin d’Elena et de ses amis.
Notre avis : Evoluant avec la légèreté d’un bébé baigné dans le liquide amniotique, une jeune femme repliée en position fœtale se berce au sein d’une mer limpide tout en récitant quelques belles phrases que sa mère, décédée il y a peu, lui a laissées. Au gré des mouvements tant humains que maritimes, s’ouvre ainsi le débat sur la capacité de chacun d’entre nous à transmettre l’héritage culturel et humain que nos parents nous lèguent.

Après deux courts-métrages consacrés aux questions d’identité et d’appartenance,Le gardien de son frère en 2012 et Journée d’appel en 2014, le jeune réalisateur/scénariste franco-grec Basile Doganis entrelace tout à la fois la force du lien mère/fille, la douleur du deuil, la complexité du sentiment d’allégeance pour les jeunes issus de l’immigration et enfin l’iniquité de la crise migratoire pour composer un film d’apprentissage débouchant sur l’entrée dans l’âge adulte de ses héros. Dans ce contexte de repli sur soi et de peur de l’autre, il est réjouissant de partager son insistance à nous interroger sur la réalité de nos origines. On regrette cependant qu’encombré par la profusion des sujets, le récit n’accorde pas à chacun d’eux la profondeur qu’il mérite.

Elena (Daphné Patakia) est une jeune femme franco-grecque. A l’occasion des vacances d’été, elle revient sur l’île de Lesbos dans le but de vendre la maison de sa mère. Elle est accompagnée de deux camarades de classe, eux aussi français issus de l’immigration. Ils y rejoignent Manos, le beau-père d’Elena, un biologiste grec qui aide la police scientifique à identifier les cadavres des migrants repêchés. Elle entretient avec lui des rapports difficiles malgré la bienveillance dont il fait preuve à son égard. Le cœur alourdi par un passé sombre et une déchirure identitaire, Elena dégage une gravité en dissonance avec l’éternelle bonne humeur des garçons. Pourtant, tous trois entendent bien profiter de ces quelques jours de vacances qui s’offrent à eux, même si cet été 2015 est particulièrement difficile pour la Grèce entre menace de « Grexit » et crise économique et encore bien plus pour l’île de Lesbos qui subit de plein fouet la crise migratoire avec le passage de près d’un demi-million de migrants en moins d’un an. C’est dans cette ambiance à mi-chemin entre comédie et drame que notre trio rencontre Elyas, un jeune homme à peine plus âgé qu’eux qui prétend être espagnol. Après l’énoncé de quelques principes rebattus mêlant aussi bien la brutalité de cette loi qui transforme désormais en délit toute manœuvre tendant à porter assistance aux migrants que le renoncement de la France à appliquer ses principes de base de terre d’accueil, on découvre que cet homme est syrien et n’a d’autre but que de rejoindre sa mère emmenée dans un camp de réfugiés situé sur le continent. Il n’en faudra pas plus pour qu’Elena et ses acolytes envisagent de regarder leur vie personnelle sous un autre angle.

Si le Meltem, vent du Nord pourtant réputé dangereux et imprévisible capable de déclencher des tempêtes, ne soulève ici que quelques vaguelettes d’un enthousiasme ténu, c’est plutôt du côté de l’interprétation que l’on trouvera quelques éléments réellement décoiffants. Daphné Patakia sait d’un seul regard transmettre au spectateur une émotion immédiatement palpable mais c’est bien Karam Al Kafri, réfugié palestinien de Syrie qui remporte tous les suffrages. Ses yeux clairs teintés d’une extrême mélancolie témoignent sans tricherie de la douleur de son passé. Rabah Naït Oufella et Lamine Cissokho assurent sans faiblir le versant comique tandis que Féodor Atkine malicieusement ambigu complète le casting de choix de cette tragi-comédie au sujet universellement fort.

Lien vers l'article complet

AvoirAlire
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,80 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 6€ / 12 places : 5,25€
Tarif - 14ans : 4,50€