Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Mystic river
USA | 2003| 2h17
Réalisation : Clint Eastwood
Avec : Sean Penn, Kevin Bacon, Tim Robbins, Eli Wallach, Laurence Fishburne
Version originale (anglais) sous-titrée en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Jimmy Markum, Dave Boyle et Sean Devine ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement.
Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Celeste.
Une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie, la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d'un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose : se venger. Et Sean, affecté à l'enquête, croit connaître le coupable : Dave Boyle...


La critique de Libération
par Mathilde LA BARDONNIE

Trois silhouettes d'hommes, noires, reflétées dans l'eau d'une rivière. Trois silhouettes tête en bas, bras ballants, jambes comme un peu vacillantes dans le friselis du courant. On pourrait dire paradoxalement que l'affiche du film de Clint Eastwood, en son clair-obscur, annonce la couleur : en blanc sur noir ressort le titre ­ Mystic River ; et en blanc sur bleu en petites pattes de mouche une phrase résume : «On enterre nos péchés, on ne les efface pas.» Une phrase écrite à la main. Et si le 25e film du réalisateur d'Impitoyable et de l'Homme des hautes plaines avait quelque chose d'un long métrage cousu main... Un viol. C'est à quatre mains que le cinéaste et le scénariste Brian Helgeland ont adapté ce roman de Dennis Lehane où, dans le vieux Boston anciennement irlandais, on voit d'abord trois gamins jouant sur le bitume une partie de hockey. Au temps des années 70, dans une rue désertée, une dalle du trottoir venant d'être rebétonnée, voilà les trois d'inscrire dans le ciment frais leurs prénoms, se rêvant de la sorte une postérité. Ils s'appellent Jimmy, Sean, mais le nom du troisième, Dave, ne restera qu'à moitié tracé car d'une voiture ont surgi deux faux flics, qui ont emmené le garçon. Alors, de derrière la vitre arrière, le regard du captif vers les deux autres, restés pantois. Et gros plan sur la pogne d'un des pédophiles kidnappeurs : main ornée d'une chevalière avec ecclésiastique motif de croix. Puis vision du petit violé s'échappant au bout de trois jours. Trois... Vingt-cinq ans auront passé quand le film reprend, découlant par méandres résignés de cette scène initiale. Vers la fin, au bord d'une parade patriotique, Sean, flic à la brigade criminelle de Boston, regarde Jimmy, ex-taulard, père de famille et épicier, dont la fille de 19 ans vient d'être sauvagement tuée. L'excellent Kevin Bacon, aussi acéré et blindé et limpide que pudiquement tendre, joue cet enquêteur qui, n'ignorant plus rien, mime d'un trottoir à l'autre l'action d'envoyer un coup de pistolet en plein front à son ancien ami d'enfance. Un geste de la main. Comme un jeu. Un tir fictif adressé ainsi qu'une bénédiction. Simulation muette d'un revolver qu'on décharge. Justice imaginaire rendue tacitement. La loi du silence sera observée. Et non l'autre, la vraie. Message reçu par un Sean Penn tout du long sentimental et excessivement bord des larmes dans la peau de Jimmy : en bout de course dans la nuit noire de la Mystic River, ne vient-il pas d'exécuter le troisième des copains d'avant ? Une fois encore, la poisse est tombée sur le pauvre Dave. Pauvre misère. La faute à pas d'chance. Aux circonstances bien plus qu'aux supposés péchés. Il y a eu trahison de sa femme; confession extorquée. En un mot : méprise. Tim Robbins, semblant se mépriser lui-même, prête ses traits fatigués, un air pusillanime, à moitié vulgaire, au personnage théâtral du bousillé par l'existence qui, en mort vivant, lit à son fils des histoires de loup-garou et de chauve-souris, veillé puis lâché par une épouse brune sortie de la tragédie grecque. Communion. Il y a dans le thriller métaphysique du grand confectionneur Eastwood un regard à la fois féroce et archi-empathique sur les Américains moyens, mais quand on dit moyen, cela ne signifie pas bourgeois, ou alors tout petits bourgeois, pour qui la première communion de la benjamine est l'événement de l'année. Conversation des hommes sur le porche d'une petite maison de bois typique de Boston capitale du haricot en grains, ou, plus loin, sur le rebord du trottoir tandis que, dans les cuisines et living encombrés, les femmes vont et viennent qui, celles-là, ne sauraient parler de Michelangelo. Plus la situation s'aggrave, plus l'image se fait crépusculaire ; plus les symétries s'affirment; entre couples ; entre aperçus symboliques du fatum en action. D'allers à la morgue en retours vers l'épicerie. Sur une musique symphonique, ostensiblement funèbre : requiem en trois notes pour trois larrons qui n'auraient pas dû, ou pas voulu, écrire leurs noms dans le ciment frais.

liberation.fr
La critique de Télérama
par Aurélien Ferenczi

Donnez un bon roman noir à Clint Eastwood. Vous obtiendrez une fulgurante tragédie réaliste. Ces trois gamins-là n'auraient jamais dû se séparer. Jimmy, Dave et Sean, trois gosses d'un quartier populaire de Boston, habitués à battre le pavé ensemble, parties de base-ball ou de hockey improvisées en pleine rue. Jusqu'au moment où tout a basculé : Dave emmené de force, sous les yeux de ses camarades, kidnappé par de faux flics à la guimbarde douteuse. Il parvient à s'enfuir, quelques jours plus tard, courant dans la forêt sombre. Après que ses ravisseurs « ont bien pris leur pied », dira l'un des personnages... Comme si ce trauma fondateur avait ensuite forcé chacun à prendre position d'un côté ou l'autre de la loi et de la morale, l'amitié s'est effilochée. Jimmy, ex-petit caïd, devenu chef de famille et figure du quartier, tient une épicerie. Dave vit une demi-vie, grise et torturée. Sean est flic. Le temps a passé, et un nouveau drame précipite les retrouvailles : Sean enquête sur la disparition de Katie, la fille de Jimmy. Le père n'est qu'un bloc de douleur, et Dave, à la conduite indéchiffrable, un suspect trop idéal. En résumant ainsi, on ne dit pas grand-chose. Ici, l'intrigue policière importe moins que les conséquences humaines ­ à court ou long terme ­ d'événements dramatiques. La vie, en somme, rythmée par la peur et la perte. Tiré d'un bon roman noir de Dennis Lehane, Mystic River est le vingt-quatrième film de Clint Eastwood. Et seulement le quatrième dans lequel il n'apparaît pas en tant qu'acteur. On devine que vingt ans plus tôt, il se serait mis de côté le rôle de Sean, le policier ­ tenu par un impeccable Kevin Bacon, dont le visage mutique peut évoquer celui du grand Clint. Mais, vingt ans plus tôt, se serait-il intéressé à ce polar presque dépourvu de scènes d'action, à ce conte noir aux personnages brisés, débordant de pathos ? Dans un cinoche américain éperdu de jeunisme, la première qualité de Mystic River est justement de ne pas avoir peur de la douleur et des larmes. Rarement autant de noirceur, autant de désespoir palpable, se seront ainsi glissés dans un film de studio. Le revers de la médaille, c'est justement la tentation de la « grande oeuvre ». Parfois, dans le rôle de Jimmy, Sean Penn serre la mâchoire et retient ses larmes de façon trop ostentatoire ; dans celui de Dave, Tim Robbins joue les (faux) idiots du village avec un poil de complaisance inutile. Par instants embarrassée par l'excès de dialogues, la mise en scène surligne ce qu'elle aurait pu se contenter de suggérer, notamment la dimension spirituelle du sujet. Mais Eastwood sait préserver l'essentiel. Par sa capacité à ancrer ses personnages et son récit dans la réalité. Tourné sur les lieux mêmes de l'action ­ au bord de la Mystic River, à Boston ­, le film semble mettre en scène de « vraies gens ». Pas des personnages de fiction, mais des êtres de chair et de sang. Eastwood parvient à rendre tangible l'idée de communauté. Hommes et femmes unis, de façon quasi tribale, par la proximité géographique, les liens du coeur ou du sang, et saisis dans une topographie réduite, lieux de vie ou de travail, quelques rues chargées de souvenirs... C'est une communauté qui se retrouve et se soude lors de grandes cérémonies collectives : la première communion de l'autre fille de Jimmy, par exemple. Ou cette splendide dernière scène, parade de rue comme on ne peut en voir qu'aux Etats-Unis (et dans les films de John Ford ou Jacques Tourneur), qui noie les destins individuels dans une fatalité communautaire. Dans cette cité de tragédie moderne, les femmes ont un rôle fondamental. Marcia Gay Harden (vue récemment dans Pollock) joue l'épouse tourmentée de Dave ; Laura Linney est la monstrueuse Lady Macbeth, qui soutient Jimmy quoi qu'il ait fait. Deux personnages formidables et effrayants. Mystic River est traversé de fulgurances que peu de films américains savent nous offrir. Un plan terrifiant de Tim Robbins, éclairé par la lumière blafarde d'un écran de télé qui diffuse un film de vampires ; Marcia Gay Harden et Sean Penn, attablés dans la cuisine, partageant leur douleur : elle ferme un placard, machinalement ; il saisit une bouteille de whisky, la repose, sachant sans doute que l'alcool ne dissipera pas l'horreur. De petits détails, au détour d'un plan, des miettes d'humanité souffrante qui font un grand film.

telerama.fr
L'avis de la Presse ...
par

Aden - Philippe Piazzo Comme le récit cherche à remonter jusqu'à la source du mal, Eastwood puise à la source du cinéma américain et retrouve la beauté des grands classiques (...). Et Mystic River résonne alors comme un écho à Impitoyable : les deux plus beaux films de Clint Eastwood ? De l'un à l'autre, du film policier au western, tous les codes (qui ont aussi façonné Eastwood comme acteur) passent par le filtre des légendes. Les Inrockuptibles - Amélie Dubois Avec un sens inouï du détail et du rythme, Eastwood signe, sur le bord d'un trottoir, une bouleversante composition sur (et avec) le bien et le mal. MCinema.com - Olivier Pélisson Clint Eastwood revient en grande forme avec MYSTIC RIVER. Il réalise un drame humain prenant, doté d'une mise en scène élégante et impeccable (...). Un très bon cru. Le Figaro - Dominique Borde Clint Eastwood a réalisé bien plus qu'un banal suspense avec crime, enquête et présumé coupable (...) Eastwood a fait un grand film, déchiré, violent et inquiétant, sur la fatalité. Une tragédie américaine comme pouvaient l'être certains films de Hawks ou de Brooks. Zurban - Addison de Witt (Clint Eastwood) propose avec Mystic River une vision très noire des démons de l'Amérique moyenne (pédophilie, irresponsabilité de la jeunesse, vengeance aveugle), mais il le fait avec un sens magistral de la mise en scène, à la fois classique, fluide et préservant une tension permanente, jusqu'à la dernière image. Il est aidé par un casting parfaitement équilibré (...) Première - Gérard Delorme Eastwood au sommet (...) Une grande tragédie américaine pour le XXIe siècle et accessoirement son meilleur film depuis Impitoyable. Le Monde - Florence Colombani Ici, comme dans Sur la route de Madison ou Impitoyable, la grandeur du film tient à sa confondante simplicité. Chronicart - Vincent Malausa Des derniers films de Clint Eastwood, Mystic river est sans doute le plus ample et le plus ambitieux : un pavé sombre et crépusculaire à mille lieues de la farce de vieux potache qu'était Space cowboys ou des passionnants mais anecdotiques films de commande tels que Jugé coupable ou Créance de sang. Télérama - Aurélien Ferenczi Dans un cinoche américain éperdu de jeunisme, la première qualité de Mystic River est justement de ne pas avoir peur de la douleur et des larmes. Rarement autant de noirceur, autant de désespoir palpable, se seront ainsi glissés dans un film de studio. Libération - Mathilde La Bardonnie Il y a dans le thriller métaphysique du grand confectionneur Eastwood un regard à la fois féroce et archi-empathique sur les Américains moyens (...)

allocine.fr
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,80 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 6€ / 12 places : 5,25€
Tarif - 14ans : 4,50€