X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

A voix haute - La force de la parole
France | 2017| 1h39
Réalisation : Stéphane De Freitas, Ladj Ly
Avec : Documentaire
Film en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d'y participer et s'y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».


Imprimer la fiche film

A voix haute - La force de la parole
par Claudine Levanneur




Notre avis : Stéphane de Freitas, artiste et réalisateur, s’est inspiré de sa propre expérience pour réaliser ce documentaire. Sa réflexion porte sur « le rapprochement des opposés ». Il grandit en Seine Saint-Denis au cœur d’une famille portugaise, puis est propulsé dans l’univers des beaux quartiers de l’Ouest parisien à l’adolescence. Ses expressions banlieusardes sont alors un handicap à surmonter pour se faire accepter. Il comprend que c’est en maîtrisant les mots et les nuances d’une langue que l’on peut toucher les autres et communiquer avec eux. C’est au sein de la coopérative Indigo, association dont le but est de recréer du lien social et de mélanger les différents milieux sociaux qu’il crée, en 2012, un concours d’élocution inédit au sein de l’université Paris 8 de Saint-Denis, le concours Eloquentia.

On assiste donc à l’entraînement exigeant mais libérateur de ces jeunes gens aux personnalités et aux parcours divers. La vie ne leur a pas donné toutes les cartes de la réussite, mais ils sont bien décidés à gagner une bonne dose de confiance en eux, à franchir les barrières sociales et les discriminations. Pour les aider, une belle brochette de professionnels aussi charismatiques qu’efficaces, allant de l’énergique et intransigeant avocat Bertrand Périer à la douce Alexandra Henry qui permet à chacun de trouver le meilleur de lui-même ou au slameur Loubaki plein d’une poésie touchante. Dans une ambiance de joie, de bonne humeur et de respect de l’autre, ces étudiants arbitrairement classés défavorisés s’appliquent à nous servir des joutes oratoires drôles, émouvantes, étonnantes. La détermination (Eddy supporte 6 heures de transport en commun chaque jour pour venir étudier) et la richesse de cette jeunesse humaine et intelligente mais pourtant si souvent pointée du doigt tord le cou aux clichés sur l’exclusion et la pauvreté intellectuelle de la banlieue. A l’heure où certains sont prêts à se jeter dans le gouffre de l’obscurantisme, d’autres conservent le talent de nous persuader que les mots de liberté, d’égalité et de fraternité ont encore toute leur place dans notre vocabulaire républicain.

Les producteurs Harry et Anna Tordjman expliquent avoir souhaité mettre en lumière une jeunesse belle, vive et brillante et la montrer sans artifice. Pari largement réussi ! Ils affirment aussi être sortis transformés de cette expérience. Ils ne seront pas les seuls. N’écoutez pas ceux qui prétendent séparer le bon grain de l’ivraie et courez découvrir cette pépite aux accents réconfortants. Merci à Leïla, Eddy, Elhadj, Souleïla, Yacine, Franck, les deux Thomas, Kristina et tous les autres pour cette leçon de citoyenneté aussi inattendue qu’enthousiasmante.



https://www.avoir-alire.com/a-voix-haute-la-force-de-la-parole-la-critique-du-film

AvoirAlire
A voix haute - La force de la parole // Haut et fort
par Anne-Claire Cieutat




Stéphane de Freitas suit la trajectoire de jeunes de banlieue lors de leur préparation au cours de prise de parole libre Eloquentia, en Seine-Saint-Denis. Un documentaire vivifiant et un magnifique chant d’espoir.

Ils se nomment Leïla, Elhadj, Eddy, Souleïla, Yacine… Ils sont trente et ont été sélectionnés pour participer au concours d’art oratoire, Eloquentia, créé en 2012 par Stéphane de Freitas en Seine-Saint-Denis « dans le but d’aider des jeunes de banlieue à maîtriser l’art de la joute oratoire et pour leur faire gagner confiance en eux, afin qu’ils réalisent ensuite leurs rêves ». Les voici en piste, coachés par des avocats, profs de chant, de slam et de théâtre. Stéphane de Freitas, dont c’est le premier film, les suit, pas à pas, dans cet apprentissage, cette progressive conquête de la confiance en eux et de la maîtrise de la prise de parole publique. Exercice tout à tour périlleux, intimidant, grisant. Ils s’y prêtent tous, audacieux et travailleurs. Il y a Leïla, étudiante en Lettres modernes d’origine syrienne, féministe engagée qui rêve d’avoir « une voix qui compte », Elhadj, étudiant en sociologie qui a dû vivre dans la rue après l’incendie de son HLM, ou Eddy, apprenti comédien qui parcourt 20 km à pied chaque jour pour se rendre à son université – on l’aura vu depuis dans un petit rôle dans le réjouissant Ouvert la nuit d’Edouard Baer, président du jury du concours Eloquentia 2015. Chacun d’entre eux fait preuve de persévérance et apprend autant à écouter qu’à s’exprimer avec leur voix, leurs mots choisis et leur corps. Les voir avancer sur cette route est passionnant, fascinant.
Porté par une foi sans bornes dans le potentiel de ces jeunes élèves et dans le pouvoir des mots et de la parole, À voix haute s’impose comme un témoignage majeur, porteur d’espoir et vecteur d’une puissante énergie.

http://www.bande-a-part.fr/cinema/critique/magazine-de-cinema-a-voix-haute-la-force-de-la-parole-stephane-de-freitas-ladj-ly/

Bande à Part
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4,50€