X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Eté 93
Espagne | 2017| 1h34
Réalisation : Carla Simon Pipó
Avec : Laia Artigas, Paula Blanco, Bruna Cusí
Version originale (espagnol) sous-titrée en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Suite à la mort de ses parents, Frida, 6 ans, quitte Barcelone et part vivre à la campagne chez son oncle et sa tante et leur petite fille de 3 ans. Le temps d'un été, l'été 93, Frida apprendra à accepter son chagrin, et ses parents adoptifs apprendront à l'aimer comme leur propre fille.


Imprimer la fiche film

Eté 93
par Carine Trenteun




Des rues la nuit aussi animées qu’en plein jour, avec les cris des enfants qui s’amusent au lieu de dormir. Après les « 1, 2, 3 soleil ! » rieurs, un petit garçon juge l’immobilité de ses camarades, quitte à les taquiner espièglement pour forcer la chance. Puis cette surprenante question, à Frida (Laia Artigas) cette petite fille les yeux rivés aux étoiles. Une question qui n’a ordinairement pas sa place dans ce jeu : « pourquoi tu ne pleures pas ? ». Et pourtant, Frida aurait tellement l’occasion de pleurer. Déjà orpheline de père, le décès de sa mère Neus la presse à quitter Barcelone pour vivre avec la famille de son oncle Estève (David Verdaguer) au cœur de la nature des pré-Pyrénées catalans. De retour à la maison, Frida se fraye un chemin entre les cartons qui se remplissent ardemment au son de la guitare à qui on demande la chanson de Neus. À l’écart de cette agitation, la grand-mère lui fait répéter Notre Père, non pas pour accompagner son endormissement, mais afin de lui rappeler que Dieu l’aidera toujours, et lui offrir un souvenir de la première communion de sa mère, pour que cette dernière soit près d’elle dans sa nouvelle vie. Trois premières scènes qui présentent le glissement de l’enfance de Frida qui du haut de ses six ans, n’est plus tout à fait semblable à celle des autres enfants de son âge. Le temps des vacances, d’un été en 1993 à la campagne, avec un nouveau père, une nouvelle mère, une nouvelle sœur.

Pour son premier long métrage inspiré de sa propre histoire, la réalisatrice Carla Simon Pipó suit pas à pas son actrice Laia Artigas face à ce deuil. Si Frida sait que sa mère est morte, les circonstances de sa disparition restent dans les non-dits, ouvrant la porte à son imagination toujours empreinte de mort : chaque petit détail anodin du quotidien devient le prétexte à un questionnement sur une putative mortalité. S’approcher d’une conversation autour de Neus entraîne sa fin. Tout comme ces silences éloquents, le peu de paroles sur elle quand la fillette ne questionne pas, ne l’aide en rien : si apprendre que sa mère « a fait des bêtises » engendre une confusion sans grave conséquence, les prières et les offrandes à Dieu et à la Vierge Marie si bénéfiques pour sa grand-mère elle aussi endeuillée par la perte d’un enfant, restant pour Frida sans réponse, lui font perdre l’espoir d’un éventuel retour.

Comment prendre ses marques dans un village où la raison de sa venue a précédé son arrivée, et où certains s’étonnent ou s’inquiètent de la savoir parmi eux ? Comment apprivoiser cette nouvelle maison proche de la forêt alors que dans sa bouche « chez nous » reste l’appartement de Barcelone ? Comment appeler sa tante Marga (Bruna Cusí) « maman » ? En optant pour une approche réaliste en temps réel à hauteur d’enfant, qui épouse chacun des mouvements de sa petite héroïne, Laia Artigas permet au spectateur de découvrir en même temps que Frida ses nouveaux repères. Plutôt que de trouées oniriques ou de flash-back qui auraient brisé le ton, Neus renaît quand Frida joue à la maman avec Anna. Les jeux d’enfants innocents en apparence adoucissent l’âpreté de la vie. L’économie de dialogues, tous en nuance, traduit merveilleusement cette imperceptible adaptation de Frida par petites touches, face aux comportements de chacun, qui malgré une sincère bienveillance, se contredisent. Comme tous les enfants, elle en joue et en use pour arriver à ses fins. Leur fille de trois ans Anna (Paula Robles) a beau répéter « j’ai une nouvelle sœur » comme un mantra, l’entendre ne signifie pas l’accepter. Sous un regard froid, Frida observe, voit jusqu’où elle peut repousser les limites. Estève et Marga devront eux aussi apprendre à avoir un nouvel enfant loin d’être angélique, et pas une nièce fragilisée invitée. Avec une extrême pudeur et une infinie délicatesse, les longs plans-séquences avec les deux fillettes captent simultanément l’amour et la cruauté de l’enfance, la complicité particulière qui se crée entre les deux sœurs. Uniquement diégétiques, les quelques musiques de cette année 1993 participent à la grande justesse de ses instantanés de vie, aux tourments de l’enfance sans céder à la tentation du pathos (sans doute l’expérience intime de la réalisatrice est pour beaucoup dans ce parti pris de coller au plus près de l’essence enfantine).

Malgré la cruauté du propos, les souffrances et les épreuves, grâce au soleil de cet été-là sur cette nature si luxuriante, aux soirs de fête au village, grâce à l’humour d’Anna, et au sourire naissant de Frida qui irradie, Été 93 réussit à ne jamais être sombre ou désespérant. Accepter de faire partie à nouveau d’une famille pour dépasser la tragédie, à moins que ce soit l’inverse ? De chaque douleur, un bonheur inespéré peut naître. A l’instar de Carla Simon Pipó parvenant à mettre en images ses vertiges du passé, cet été revêt pour la fillette la valeur de l’apprentissage : faire face à ses propres émotions, apprendre à faire confiance pour enfin mettre des mots sur ses tourments.

http://www.culturopoing.com/cinema/sorties-salles-cinema/carla-simon-pipo-ete-93/20170726

Culturopoing
Eté 93
par Claudine Levanneur




Notre avis : Avec ce premier long-métrage tout en justesse et en retenue, la réalisatrice catalane Carla Simon rafle le Prix du meilleur premier film et le Grand Prix génération Kplus, décerné par un jury international au Festival de Berlin 2017. Si cette œuvre résonne de tant d’accents de vérité, c’est que la réalisatrice s’appuie sur sa propre expérience d’orpheline pour tracer l’histoire de Frida, cette fillette volontaire, condamnée à se composer une nouvelle vie, entre résignation et révolte. Juxtaposant habilement des scènes courtes sous forme de tranches de vie, elle nous invite à suivre les bouleversements mentaux de Frida qui dans un premier temps, groggy par le choc émotionnel de la perte de ses parents, observe et se comporte correctement pour ensuite affirmer son mécontentement et ses exigences auprès de sa nouvelle famille et tout particulièrement de cette nouvelle petite sœur avec qui elle doit apprendre à partager.

Entre subtiles suggestions (phrases courtes à l’efficacité redoutable) et silences explicatifs (regards lourds de signification, câlins volés) le scénario évite toute note mélodramatique au profit de scènes drôles et souvent joyeuses grâce à l’espièglerie et au naturel des deux jeunes interprètes. Si la générosité des comédiens adultes imprègne d’une tendre humanité ce récit douloureux, ce sont l’osmose entre les deux jeunes héroïnes et la perfection de leur jeu qui retiennent toute l’attention. Il faut dire que Carla Simon semble posséder un don tout particulier pour filmer les enfants. Elle place la caméra à leur hauteur et nous permet d’appréhender le moindre détail de leurs expressions parvenant ainsi facilement à nous tournebouler le cœur, juste comme il faut. Afin de reconstituer au mieux cette période cruelle de son enfance, elle filme les lieux réels où elle a vécu les années d’apprentissage de cette nouvelle vie, bien loin de la vie de citadine qu’elle menait jusqu’à présent à Barcelone. On l’observe avec intérêt se familiariser avec ces paysages rudes de la Garrotxa où le soleil ne perce que rarement aussi bien qu’ avec une végétation luxuriante égayée d’une éclatante multitude de nuances de verts, parfaits symboles du comportement ambivalent de l’enfant vis-à-vis de son entourage.

Discrètement, Carla Simon en profite pour dresser un portrait précis de la société espagnole des années qui ont suivi le franquisme. Les grands-parents de Frida représentent la génération qui a traversé la guerre civile espagnole en s’accrochant aux idéaux de droite propres à la grande bourgeoisie. Leurs enfants, Marga et Esteve s’opposent à ces valeurs dépassées, y compris au catholicisme et aux anciennes traditions, et choisissent d’inventer un nouveau style de vie en s’installant loin des villes. Comme elle l’avait déjà fait dans son documentaire Born Positive, la réalisatrice évoque également les dégâts causés par le sida, maladie alors mal connue qui suscitait les plus vives inquiétudes. Frida, née de parents touchés par le virus, sera d’ailleurs soupçonnée de maladie grave et devra subir de nombreux examens, dès lors qu’elle développera un eczéma persistant qui s’avérera être de nature plus psychologique que physiologique. Si les étés se suivent et ne se ressemblent pas, ils restent néanmoins souvent synonymes de belles rencontres. Un été 42 nous avait ouvert les portes d’un monde de subtilité et de sensualité. Eté 93 vous transportera dans l’univers de l’enfance où si tout n’est pas que rires et insouciance, la joie de vivre finira par l’emporter.

https://www.avoir-alire.com/ete-93-la-critique-du-film

AvoirAlire
Cinéma le Club
Grenoble

9, bis rue du Phalanstère 38000 Grenoble
répondeur : 04 76 46 13 38
Plan d'accès

télécharger le programme et accessibilités en fauteuils
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4€