X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Une Femme douce
France - Allemagne - Lituanien | 2017| 2h23
Réalisation : Sergei Loznitsa
Avec : Vasilina Makovtseva, Lia Akhedzhakova, Valeriu Andriuta
Version originale (lituanien) sous-titrée en français
    ----
  • jeudi 25 janvier 13:30----
  • vendredi 26 janvier 15:50----
  • dimanche 28 janvier 12:30
  • Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Ce film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2017

Une femme reçoit le colis qu’elle a envoyé quelques temps plus tôt à son mari incarcéré pour un crime qu’il n’a pas commis. Inquiète et profondément désemparée elle décide de lui rendre visite. Ainsi commence l’histoire d’un voyage, l'histoire d’une bataille absurde contre une forteresse impénétrable.



Imprimer la fiche film

Une femme douce, premier grand film de cette rentrée
par Eric Libiot




Le film de Sergei Loznitsa est le portrait d'une épouse décidée à rendre visite à son mari incarcéré, et d'un pays à l'abandon dont l'apparente puissance symbolisée par Poutine cacheune violence terrible.

Très librement adaptée d'une nouvelle de Dostoïevski, Une femme douce est le portrait d'une épouse, décidée à rendre visite à son mari incarcéré, et d'un pays à l'abandon dont l'apparente puissance symbolisée par Poutine cache une violence terrible.

C'est ainsi que Sergei Loznitsa, documentariste et cinéaste, regarde la Russie, où chacun se débrouille comme il peut, entre corruption, envie de vivre, crimes et besoin d'affection. La lumière, rare, n'y est pas éteinte.

Auteur parfois radical (Dans la brume, My Joy), Loznitsa se fait ici réalisateur romanesque et trouve le juste équilibre entre réalisme brut et fiction: une soirée arrosée et chantée, une visite chez une avocate sont des scènes de cinéma incroyables, à la fois métaphoriques et quotidiennes, qui dépassent le simple parcours de cette femme douce. Loznitsa voyage constamment entre ces genres et ces esthétiques. Le premier grand film de cette rentrée, injustement revenu bredouille du Festival de Cannes.



https://www.lexpress.fr/culture/cinema/une-femme-douce-premier-grand-film-de-cette-rentree_1935620.html

L'Express
Une femme douce
par Pierre Murat




Jusque-là, tous les colis parvenaient à son mari, emprisonné loin, très loin, et pour longtemps, accusé d'un meurtre et sans doute coupable de rien. Mais le dernier envoi lui est revenu. Alors, la « femme douce » demande à une collègue de la remplacer à la station-service fantomatique de leur village et s'en va en quête d'explications qu'elle sait d'avance n'obtenir jamais.

< Dans le train, ses compagnons de route — Russes éternels, insupportables, mus par une humanité à faire fondre les coeurs les plus endurcis — ont déjà sorti les cornichons et la vodka, sans laquelle leur vie ne serait qu'une longue attente de la mort... Un ex-militaire entonne une chanson ­patriotique sur l'invincibilité des tanks de Staline. Une vieille dame pleure la mort de son fils. Les yeux déjà brillants d'alcool, un jeune gars se demande pourquoi la Russie s'est donné la mission de sauver le monde, alors que le monde entier déteste la Russie... Tous ces personnages, Sergueï Loznitsa les a rencontrés pour les documentaires qu'il a tournés depuis presque vingt ans. Et il les a transformés en silhouettes de fiction, comme un cinéaste qu'il admire et que les cinéphiles français ont aimé, jadis : Alexeï Guerman. Dans le train de Vingt Jours sans guerre (1976) de ce dernier, il y avait, déjà, des confidences, des anecdotes, des ­secrets de personnages anonymes qui, très vite après avoir ainsi philosophé, se perdaient dans la foule...

Arrivée à destination, la « femme douce », plus silencieuse que douce, d'ailleurs (beau visage épuré, presque dur, de Vasilina Makovtseva) va de ­guichet en guichet, rencontre des fonctionnaires, des flics, des macs, des mafieux, des représentants dépassés des droits de l'homme. Elle aboutit, aussi, un temps, dans une maison d'hôtes où des désespérés s'amusent et s'enivrent en jouant au strip-poker... On est, évidemment, tout proche de Dostoïevski, du petit monde grouillant et souffrant qu'il décrivait, notamment lors du repas d'enterrement de Crime et châtiment : des bassesses exhibées et des dignités perdues s'y mêlaient sans cesse et à jamais.

C'est cette Russie dévastée, hystérique, où « l'âme slave », si chère aux idéalistes romantiques, n'existe plus (a-t-elle seulement existé, un jour ?) que décrit l'Ukrainien Sergueï Loznitsa. ­Vision brutale que seule la beauté de sa mise en scène rend tolérable : ces innombrables plans-séquences, d'autant plus inquiétants que le danger menace et que l'absurdité rôde, avec des dialogues pittoresques et colorés, comme chez Michel Audiard.

Dans My joy, qu'il réalisa en 2010, un camionneur au coeur pur, devenu simple d'esprit après avoir reçu des coups sur la tête, finissait, après bien des mésaventures, par se retrouver aux mains des flics qu'il avait voulu fuir. Car, selon le cinéaste, il est impossible, en Russie, quoi qu'on y fasse, d'échapper aux dépositaires d'une autorité imbécile qui fouillent votre ­valise et votre âme pour vous rendre tolérable. Malléable.

Comme pour mieux nous en convaincre, il brise, brusquement, la fluidité de son intrigue par une séquence ahurissante. Une vraie claque. On était chez Kafka, nous voilà, soudain, chez Fellini : dans un décor grotesque, la « femme douce » écoute, comme au spectacle, tous ceux qu'elle a croisés sur sa route l'assurer de leur générosité. De leur fraternité. Mais elle entend, aussi, sous les discours ­filandreux de ces clowns blancs — ceux de tous les démiurges, les populistes, les dictateurs — des propos nettement plus inquiétants. « C'est par amour pour vous que nous devons tout savoir de vous », dit l'un de ces rigolos sinistres. Et un autre prétend vouloir ­fêter le jour où le peuple se réconciliera avec l'idée de prison...

« Dormez en paix, braves gens ! » ­disaient les hommes du guet, en traversant, de nuit, les villes du Moyen Age. Sergueï Loznitsa nous supplie, au contraire, de veiller. De ne pas céder au sommeil. Le dernier plan de son film, ardu mais ardent, montre des citoyens plongés dans une sorte de ­coma généralisé — alors que les opposants, les résistants, les dissidents et cette « femme douce » qui ne demandait rien à personne sont systématiquement broyés... Ses documentaires avaient fait de lui une sentinelle politique. Avec ce film de fiction, Sergueï Loznitsa s'affirme comme un maître. Un visionnaire.

http://www.telerama.fr/cinema/films/une-femme-douce,516724,critique.php

Télérama
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4,50€