X

Petit lexique d'accessibilités

PMR :
Personne à Mobilité Réduite

Sous-Titres SME :
Films sous-titrés en français avec sous-titres supplémentaires décrivant l'environnement sonore à l'intention des spectateurs malentendants.

AD :
Film diffusé en Audio-Description. Ce dispositif permet aux spectateurs non-voyants d'utiliser un récepteur muni d'un casque afin d'entendre des commentaires à propos de l'environnement visuel de l'action. Nous recommandons à nos amis non-voyants de venir avec leur casque personnel muni d'une fiche mini jack standard. Ce dispositif est non audible par les spectateurs n'utilisant pas le système.

Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Petit lexique accessibilité

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

La Villa
France | 2017| 1h47
Réalisation : Robert Guédiguian
Avec : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan
Film en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…


Imprimer la fiche film

La Villa
par Jacques Morice




C’est un coin de village qui donne sur la mer, surplombé par une villa et, plus haut, un auguste viaduc où passent des trains. On pourrait croire à une toile cubiste. Un patriarche, qui contemple la vue ­depuis son balcon en grillant une ­cigarette qu’il sait peut-être fatale, est soudain frappé par une attaque. Il ne meurt pas mais tombe dans une léthargie qui lui fait perdre son autonomie. L’imminence de sa mort suscite les ­retrouvailles de ses trois enfants, Armand (Gérard Meylan), Joseph (Jean-Pierre Darroussin) et Angèle (Ariane Ascaride), autant dire le rappel de la troupe de Robert Guédiguian. Le premier tient le modeste restaurant du port mais songe à mettre la clé sous la porte car le village se vide. Joseph est un cadre qui a été licencié : un beau parleur amer multipliant les saillies sardoniques. Enfin, la petite sœur. Elle est comédienne, habite Paris et revient à contrecœur dans cette région, chargée, pour elle, de funestes souvenirs.

Le soleil est bien noir, ici. C’est une lumière d’hiver, de crépuscule qui règne sur ce théâtre à ciel ouvert. Du Tchekhov méridional, si l’on veut. Où l’on blague encore, mais « au bord du précipice », comme le dit Joseph. Cette noirceur n’est pas nouvelle chez le cinéaste, mais elle ne s’était pas exprimée de manière aussi poignante depuis La ville est tranquille (2000) ou Marie-Jo et ses deux amours (2002). Des trains qui filent vers la calanque déserte, des chemins de contrebandiers envahis de mauvaises herbes, tout paraît dominé par la perte, le deuil de quelqu’un, de quelque chose. La tentation est grande, dès lors, de céder au « c’était mieux avant ». C’est ce que reproche à Joseph sa jeune compagne (Anaïs Demoustier). Etait-ce si bien ­jadis ? On pourrait le croire, lorsque surgit l’extrait d’un des premiers films de Robert Guédiguian, Ki lo sa ? (1985), porté par la cavalcade grisante de Bob Dylan (I want you), où l’on voit les mê­mes personnages dans leur insolente jeunesse. Mais non : à l’époque déjà, Guédiguian parlait du temps perdu, des amours enfuies, de l’utopie gâchée. Le manque est une obsession, indissociable chez lui d’une nostalgie tenace. Une nostalgie au conditionnel : il est moins poursuivi par ce qu’il a vécu que par ce qu’il aurait pu vivre.

Heureusement, il y a le temps qui reste. D’une part, la relève est assurée par la jeunesse, certes regardée avec l’œil d’un « vieux con », mais au fond ­enviée, soutenue, aimée. Guédiguian ­mesure le gouffre qui sépare parfois les générations, leurs différends liés au travail et à l’argent — celui du couple de voisins avec leur fils médecin est bouleversant. D’autre part, l’urgence du présent, à travers la découverte d’enfants réfugiés, tapis dans la nature, vient réveiller ce que peuvent être une conscience, le sens de la solidarité et l’esprit de groupe.

Que faire de ces enfants ? Que faire du resto ? Qui pour s’occuper du vieux père ? Partir ou rester ? Autant de questions qui émergent de ce récit choral, fluide, dont l’action est habilement relancée par plusieurs épisodes dramatiques. Les réponses apportées sont provisoires : une fois n’est pas coutume chez le cinéaste, la fin reste ouverte. Malgré la mélancolie ambiante, des espoirs subsistent : l’amour de l’art et de la poésie (on déclame du Claudel !). L’amour tout court… Et puis il y a la mer, ses dorades et ses poulpes qui nous rappellent que l’antique palpite encore… Tout n’est pas perdu.

http://www.telerama.fr/cinema/films/la-villa,516796,critique.php

Télérama
La Villa : Tout conte fait
par Isabelle Danel




Un vieillard en bleu de chauffe contemple de son balcon les cabanons, les bateaux amarrés et le port de la calanque, la mer qui scintille à perte de vue. « Tant pis ! », dit-il en écrasant sa cigarette et en s’écroulant dans son fauteuil. Une femme mûre en manteau chic descend d’un taxi sur le port, son visage fermé contemple la vue magnifique. C’est Angèle, revenue « parce que le notaire a dit qu’il le fallait », qui n’a pas remis les pieds dans cet endroit depuis vingt ans, et qui, au chevet de Maurice, leur père mourant, retrouve ses deux frères Armand et Joseph. « C’est affreux, tous ces bons souvenirs ! », dira Joseph un peu plus tard. Oui, car ils ont été heureux dans cette calanque désormais déserte, qui autrefois bruissait de monde, de chaleur et de joie. « Qu’est-ce qui a changé ? », demande Angèle à Martin et Suzanne, les vieux amis de Maurice qui ont construit avec lui cette villa et chéri « ce trésor » qu’était la calanque, où tout le monde partageait tout, la beauté de ce monde, les Noëls, les poissons et vivait en harmonie. Qu’est-ce qui a changé ? « Nous ? » propose Suzanne, et c’est vrai que le temps a passé sur eux tous. « L’argent, la caillasse… », renchérit Martin, inconsolable de voir que les héritiers des propriétaires de son cabanon ont augmenté son loyer malgré la promesse faite par leurs parents, et que la plupart des cabanons sont vendus ou loués à des touristes.

Pour son vingtième film depuis Dernier Été, cosigné en 1980 avec Frank Le Witta, Robert Guédiguian retrouve sa troupe et ses thèmes, un monde ouvrier et solidaire disparu, le souvenir de ce monde qui semble sur le point de disparaître avec les anciens qui le portaient comme un étendard. Il filme avec amour ce lieu magique, sa lumière hivernale, ses paisibles promesses, le village, le pont qui relie Marseille aux calanques et où passent des trains, la colline peuplée de petits lapins, et cette mer qui ouvre sur tous les horizons, mais permet aussi l’incursion de riches acheteurs qui viennent par bateau contempler « le potentiel » du lieu, et l’arrivée de réfugiés venus d’un ailleurs à fuir et dont l’embarcation s’est échouée non loin de là. Il met en place des personnages, forts et beaux, à la fois emblématiques et tellement humains. Quatre générations sont ici représentées, au centre desquelles Angèle, Joseph et Armand. Les deux premiers sont partis, elle pour être actrice, lui pour colporter la révolution ; le troisième est resté pour reprendre le restaurant ouvrier « Le Mange-tout ». Chacun à sa façon a tenté de faire perdurer les idées du patriarche. Mais chacun a vu ses rêves mutilés : par le destin (Angèle a perdu sa fille unique), le capitalisme et la mondialisation (Joseph a été licencié du jour au lendemain), la désertification (Armand n’a plus guère de clients que les touristes, l’été). Joseph, désormais retraité, partage la vie de Bérangère, « sa trop jeune fiancée », qui travaille dans la communication et semble lasse de sa déprime. Elle se rapproche d’Yvan, le fils de Martin et Suzanne qui ouvre des pharmacies un peu partout et « parle comme un patron », selon son père. Et puis, il y a Benjamin, un jeune pêcheur qui vit dans la calanque, et qui, amoureux du théâtre depuis qu’adolescent il a vu Angèle dans La Bonne Âme du Se-Tchouan, apprend par cœur les beaux textes et anime des ateliers à Marseille.

La dernière génération est celle de trois enfants, une fille et deux garçons, comme en écho aux trois autres trios. Ces trois petits, découverts dans la colline, qui ne parlent pas un mot de français, sont recueillis et cachés des militaires en patrouille, par cette petite communauté qui se rassemble et se resserre autour d’eux. Tous les acteurs sont exceptionnels. Geneviève Mnich, nouvelle venue dans l’univers du réalisateur semble y avoir navigué de toute éternité ; elle forme avec Jacques Boudet, figure d’ancien immuable que l’on connaît et reconnaît, un couple délicieux. Anaïs Demoustier, Yann Trégouët et Robinson Stévenin, désormais des habitués, sont ici différents, et remarquables. Et on ne dira jamais assez la cohérence du trio formé par Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, qui se réinventent en fratrie, trouvent des nuances et des couleurs nouvelles et défendent haut et fort les valeurs qu’ils partagent avec leur metteur en scène depuis si longtemps. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, puisant aux sources de l’œuvre précédente (À la vie, à la mort !, Marius et Jeannette, Les Neiges du Kilimandjaro), et offrant même en un flash-back bouleversant une scène de Ki lo sa ? (1985), où l’on revoit, plus de trente ans en arrière, la calanque telle qu’elle fut, et Angèle, Armand et Joseph en jeunes gens joyeux et insouciants, ce film est une merveille absolue, entre conte et constat. L’inventaire nostalgique d’une perte irréparable, mais aussi l’observation minutieuse du monde d’aujourd’hui, de ses possibles et de ses nécessités. Car, s’il n’est plus question de le refaire, ce monde, tout est à portée de main et de cœur pour l’empêcher de se défaire. L’espoir qui sous-tend La Villa nous porte et nous emporte.

http://www.bande-a-part.fr/cinema/critique/magazine-de-cinema-villa-robert-guediguian/

Bande à Part
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,60 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 5,80€ / 12 places : 5€
Tarif - 14ans : 4,50€