Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Ma vie avec John F. Donovan
USA | 2019| 2h10
Réalisation : Xavier Dolan
Avec : Kit Harington, Jacob Tremblay, Kathy Bates
Version originale (anglais) sous-titrée en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

EVENEMENT :
Séance Spéciale : MA VIE AVEC JOHN F DONOVAN
Date de l'événement : 2019-03-13
Ma vie avec John F. Donovan
par Louis Guichard




Un jeune acteur se souvient : enfant, il a entretenu une correspondance avec une vedette tourmentée, disparue depuis. Dolan, romanesque ou égaré ?

Pour
On aime beaucoup

C’est une histoire qui se déroule au début du millénaire, en Amérique, mais elle nous est racontée depuis l’Europe une douzaine d’années plus tard, en commençant par la fin, la mort du personnage principal. Flash-back en série, narration à l’imparfait, voix off et tragédie en marche… Xavier Dolan le Québécois déploie, cette fois, un romanesque hollywoodien, légèrement suranné et d’emblée savoureux. Comme dans Titanic, qui fut son premier choc de cinéma. Ou, plus loin en arrière de cette tradition, comme dans La Comtesse aux pieds nus, de Mankiewicz, puisqu’il s’agit d’une trajectoire funeste sous les feux du showbiz : John F. Donovan (Kit Harington) était une jeune vedette adulée de la télé, en passe de jouer un super-héros pour le grand écran…

Le film parle donc de la célébrité, de ses pièges et de ses effets secondaires, mais aussi, et c’est plus rare, du contrechamp qu’est l’adoration des spectateurs. L’autre héros est ainsi un enfant (Jacob Tremblay) ayant écrit, depuis l’Angleterre, une lettre à Donovan et déclenché une correspondance régulière entre eux, pendant plusieurs années. C’est lui, le narrateur du film, devenu adulte et comédien à son tour. Il n’a jamais rencontré son idole défunte, mais il sait tout de sa vie, et notamment qu’il cachait son homosexualité pour mener sa carrière.

La construction en deux époques et sur deux continents, la langue anglaise, le néoclassicisme du style, autant de nouveautés pour Xavier Dolan, qui semble, a priori, loin de ses marques — Montréal à cran, les joutes verbales en joual, la différence assumée. D’un tel saut dans l’inconnu, il tire plusieurs morceaux de bravoure, comme ce rebondissement : la correspondance révélée entre Donovan et son fan enfant fait scandale aux Etats-Unis, de sorte que l’acteur vedette doit la nier à la télévision, et provoque ainsi le désespoir de son petit correspondant. Une affaire médiatique retentissante pèse moins lourd, soudain, que le chagrin d’un enfant, de l’autre côté de l’océan.

La compression de l’histoire — la première version montée durait plus de quatre heures — apporte aussi, paradoxalement, densité et nervosité, avec des ellipses mystérieuses, des personnages secondaires subtilement esquissés, comme la compagne officielle de John F. Donovan : en fait, une amie d’enfance, qui l’a entraîné vers New York et le métier d’acteur, et vit, sans joie, dans son ombre tout en lui servant de couverture…

Mais la vraie surprise consiste à retrouver, malgré le changement d’échelle, l’empreinte intacte du jeune auteur et toutes ses obsessions. Après J’ai tué ma mère et Mommy, il y a, cette fois, non pas une mais deux figures de mère aussi vénérée que haïe — Susan Sarandon, celle de Donovan, et Natalie Portman, celle de l’enfant. Revient aussi l’art de magnifier les visages et leurs moindres expressions. Et la revendication d’un rapport émotionnel aux œuvres, affranchi du bon goût : « Je me fous que John ait eu ou non du talent », déclare finalement son ex-fan, sans rien renier de ses transports passés.

https://www.telerama.fr/cinema/films/the-death-and-life-of-john-f-donovan,511631.php

Télérama
Ma vie avec John F. Donovan : Xavier Dolan au top [Critique]
par Thierry Cheze




Xavier Dolan revisite ses obsessions, témoigne d’un amour enragé du 7e art, et signe son oeuvre la plus audacieuse.

Rares sont les films à la fois attendus et précédés d’une rumeur à ce point détestable à leur arrivée en salles. Pour Xavier Dolan, c’est en tout cas une première. Car même s’il n’a jamais fait l’unanimité (cet esprit vif et si riche en contradictions serait le premier à la vomir), aucun de ses films n’avait eu à subir un vent à ce point contraire avant que le public ne se fasse son opinion. Un conseil d’ami ? Ne vous fiez définitivement pas aux rumeurs. Car la production riche en rebondissements de Ma vie avec John F. Donovan épouse au final parfaitement son contenu vibrant, débordant de vie mais hanté par la mort. Pour ses 10 ans de cinéma, Xavier Dolan s’offre plus qu’un premier tournage en langue anglaise. Un film (déjà) somme de toutes ses obsessions : les relations compliquées mère-fils, les amours impossibles, les discriminations liées à l’homosexualité... Pour qui aime son cinéma, Ma vie avec John F. Donovan constituera une épiphanie qui agacera forcément ses contempteurs mais, une fois encore, fera de lui le centre de toutes les attentions. À Toronto, avant sa première mondiale, Dolan a choisi de lire sa lettre écrite à 8 ans à son idole : Leonardo DiCaprio. Nul besoin de préciser combien sa propre vie lui a directement inspiré l’un des deux personnages clés du film : Rupert Turner (Jacob Tremblay), enfant acteur américain rejeté par les autres gamins qui décide d’écrire au comédien star de la télé US qu’il vénère, le fameux John F. Donovan (Kit Harington). Une lettre comme une bouteille à la mer à laquelle celui-ci répond, entamant une relation épistolaire longtemps cachée de tous avant de ressurgir, détournée et salie, lorsque Donovan tombera en disgrâce après la révélation de son homosexualité.

LES DESSOUS DU CINÉMA Le nouveau Dolan raconte le destin mouvementé de ces deux protagonistes, par le prisme du récit qu’en fait Turner adulte, une dizaine d’années après la mort de Donovan, à une journaliste au départ peu passionnée par ce voyage en « peoplerie » (elle est jouée par Thandie Newton, seule fausse note du film avec sa tendance à toujours écarquiller un peu trop les yeux). Une série d’allers-retours savamment orchestrés entre passé et présent, qui voit les pièces du puzzle se mettre en place au fil d’une intrigue aussi passionnante dans le fond que dans la forme. Biberonné au cinéma hollywoodien, doubleur dans les sagas Harry Potter et Twilight, bientôt à l’affiche de la suite de Ça, Dolan possède ce regard à la fois passionné et critique sur un milieu qui l’a fait rêver avant qu’il n’en connaisse les rouages. Ce qui lui permet de pointer avec force la difficulté toujours immense pour une star de télé ou de ciné d’avouer son homosexualité sans se retrouver ostracisé, le temps de scènes magistrales d’angoisse qu’on croirait tirées d’un De Palma. Mais si Ma vie avec John F. Donovan baigne dans le cinéma (géniales scènes avec Kathy Bates en agent de Donovan), il traduit avant tout l’amour de Dolan pour cet art qui s’exprime à merveille dans les deux relations mère-fils dominant son récit. D’un côté, John et Grace (Susan Sarandon à l’explosivité bouleversante), dont le besoin l’un de l’autre vient se fracasser sur les comportements excessifs de cette femme alcoolique, provoquant chez son enfant un mélange de honte et de ressentiment. De l’autre, Rupert et Sam (Natalie Portman, sublime de sobriété) dont la relation fusionnelle va déclinant au fur et à mesure qu’elle pousse son enfant à arrêter de rêver de cinéma. Parce qu’elle-même en a rêvé avant de se retrouver prisonnière de ce rôle de mère seule qui développe chaque jour un peu plus ses frustrations.

MYSTÈRE Dolan nous raconte tout cela avec un sens du romanesque inouï, dans un tourbillon envoûtant où ce qu’il nous montre ne correspond pas forcément à ce qui est. À commencer par cette relation épistolaire, colonne vertébrale de son récit. A-t-elle réellement existé ? A-t-elle été inventée par un petit garçon empêché dans ses rêves par une mère si triste d’être passée à côté de sa vie ? N’est-elle pas l’oeuvre de cette mère qui a décidé d’offrir à son fils quelques moments réguliers de bonheur absolu ? Le film entretient ce mystère entre vérité et mensonges, symbole de ce jeu perpétuel avec la réalité qu’est le cinéma. Jusqu’à un ultime plan en hommage à My Own Private Idaho qui file des frissons. Le premier film de Dolan en langue anglaise est l’un de ses meilleurs. Et à coup sûr, le plus ambitieux et le plus maîtrisé.

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Ma-vie-avec-John-F-Donovan-Xavier-Dolan-au-top--Critique

Première
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,80 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 6€ / 12 places : 5,25€
Tarif - 14ans : 4,50€